La majorité des études porte sur le poivre noir (piper nigrum) qui est le poivre le plus utilisé et le plus commun. Cet article fait le point sur les usages santé du poivre, de l’utilisation médicinale aux problèmes que sa consommation peut poser au corps humain.

Les bienfaits du poivre noir
Le poivre n’est pas un médicament mais certaines substances qu’il contient ont un effet positif sur un certain nombre de troubles ou maladies. N’oubliez toutefois pas de consulter un médecin si vos symptômes persistent.

Troubles digestifs
Le poivre stimule la sécrétion de sucs gastriques, ce qui participe à améliorer la digestion et stimule l’appétit. Il est recommandé de consommer du poivre en cas de nausées, ballonnements, flatulence ou constipation. Les sucs gastriques en plus grande quantité aident à diminuer ces différents symptômes.
La pipérine du poivre aide à produire plus de salive avec un effet anti-acide sur la cavité buccale .

Émotions positives
Car la pipérine stimule la production d’endorphines, on note un effet anti-dépresseur car les endorphines procurent une sensation de bien-être. Il est recommandé en naturopathie pour lutter contre la dépression, l’anxiété, l’insomnie et la peur.

Réduit la fièvre
L’huile essentielle de poivre dans un bain stimule la transpiration et participe à faire baisser la fièvre. Cet effet « fébrifuge » (qui a la propriété de combattre la fièvre) est aussi utilisé dans certains médicaments comme le Poconeol n°22 qui contient du poivre et qui est conseillé pour soigner les accès fébriles ou l’hyperthermie (augmentation de la chaleur du corps sous l’effet de la fièvre ou à cause de l’environnement).

Réduit l’inflammation et la douleur
Le poivre est utilisé contre l’arthrite. Il réduit la douleur et les gonflements lors de contusions.
Poivre et curcuma Longa.

Lorsque l’on mange du curcuma, la curcumine est faiblement absorbée et rapidement éliminée par l’organisme. La consommation simultanée de curcuma et de poivre montre une très forte augmentation de l’absorption de curcumine, environ 20 fois supérieure par rapport à une consommation sans poivre. Le poivre améliore l’efficacité antiseptique, antibactérienne et surtout anti-inflammatoire du curcuma. C’est la pipérine qui empêche le processus d’élimination de la curcumine.