Curcumine et curcuminoïdes

CURCUMINE ET CURCUMINOÏDES

*formule chimique du curcuma

Miracles de la nature

Les curcuminoïdes sont issus du curcuma. Le Curcuma dont les autres noms commun sont jiang huang, Haridra, safran des Indes, ou encore noms scientifiques; Curcuma longa, Curcuma domestica; produit des curcuminoïdes dont le principal est la curcumine.

Le curcuma est une épice cultivé en Inde et d’autres régions tropicales d’Asie. Il a une histoire millénaire en particulier en Chine, en Inde et en Indonésie. La racine ou rhizome de la plante contiennent la curcumine, qui est considéré comme l’ingrédient actif. La curcumine n’a aucun lien avec le cumin, qui est une épice faite à partir des graines d’une plante différente.

   

En général :

Le curcuma est un arôme alimentaire commun permettant la coloration dans la cuisine asiatique et teintures de textiles. Des études ont montré que la curcumine, antioxydant puissant est un ingrédient actif du curcuma, qui montre des effets anti-cancer dans de plus en plus nombreux laboratoires.

La recherche humaine est nécessaire pour déterminer le rôle de la curcumine dans la prévention du cancer et le traitement chez les personnes. Plusieurs types de cellules cancéreuses sont inhibées par la curcumine en laboratoire, la curcumine ralentit la croissance et la propagation de la plupart des cancers dans certaines de multiples études animales. Des protocoles cliniques sont en cours partout dans le monde pour définir de façon optimale l’aide apportée aux humains.

La curcumine est étudié pour son aide envers d’autres maladies telles que l’arthrite, la maladie d’Alzheimer, et les ulcères à l’estomac. Il est également à constaté l’aide apportée pour réduire le «mauvais cholestérol» et améliorer les résultats des greffes de rein.

Son efficacité redoutable contre les inflammations

Certains partisans croient que le curcuma peut prévenir et ralentir la croissance d’un certain nombre de types de cancer, en particulier les tumeurs de l’œsophage, de la bouche, les intestins, de l’estomac, du sein et de la peau, ne vous y trompé pas, ce sont ses curcuminoïdes présents pour 2 pour cent du tubercule qui en sont la cause, ils sont trois; curcumine, demethoxycurcumine et bisdemethoxycurcumine.

La curcumine est mise en avant principalement comme remède anti-inflammatoire pour produire moins d’effets secondaires que les analgésiques couramment utilisés. Certains praticiens prescrivent du curcuma (curcumine) pour soulager l’inflammation causées par l’arthrite, les entorses musculaires, les douleurs causée par des blessures ou des incisions. La curcumine est aussi utilisée pour soulager les rhumatismes ainsi qu’en tant qu’antiseptique pour nettoyer les plaies. Certains partisans scientifiques affirment que les curcuminoïdes interfèrent dans l’action de certains virus, ainsi que l’hépatite et le VIH.

Les promoteurs de la curcumine affirment également que le curcuma protège contre les maladies du foie, stimule la vésicule biliaire et le système circulatoire, réduit les niveaux de cholestérol, dissout les caillots sanguins, permet d’arrêter une hémorragie externe et interne, et soulage les menstruations douloureuses ainsi que l’angine de poitrine (douleurs à la poitrine qui se produisent souvent avec une maladie cardiaque). La curcumine est aussi recommandée comme remède pour les problèmes digestifs tels que le syndrome du côlon irritable, la colite, la maladie de Crohn, et les maladies causées par des toxines de bactéries et parasites.
Des milliers d’études en laboratoire mettent en avant que la curcumine peut aider à ralentir la croissance des cellules cancéreuses, certains affirmant que cela peut être préventif ou en accompagnement de thérapie médicamenteuse chez les humains.

Les allégations communes des laboratoires

Le curcuma, plante listée par la Commission E (organisme de réglementation Allemande pour les herbes – BDIH) comme plante approuvée, utilisée pour la dyspepsie (maux d’estomac) et perte d’appétit. Souvent disponible sous forme de poudre en gélule, où le consommateur devra rechercher la plus forte concentration ainsi que son additif s’il y en a. Les formules de combinaison avec d’autres herbes est aussi un labyrinthe pour le consommateur, donc toujours privilégier un très haut taux de curcumine additionné de pipérine, gingembre ou bromélaïne.
Les onguents ou pâtes à base de curcuma peuvent être appliquées sur la peau dans certaines gammes. Bien qu’il n’existe pas de dose standard pour la curcumine du curcuma, certains praticiens recommandent pas moins de 500 mg par jour en préventif de toute inflammation. La racine séchée de curcuma contient normalement de 3% à 5% de curcumine.

De multiples preuves d’efficacité

La curcumine, l’ingrédient actif du curcuma, est un antioxydant surpuissant, l’un des plus puissant au monde avec la Boswellia Serrata. Les antioxydants sont des composés qui peuvent protéger les cellules du corps des dommages causés par des molécules actives appelées radicaux libres. Des études en laboratoire ont également montré que la curcumine interfère avec plusieurs voies moléculaires importantes impliquées dans le développement du cancer, sa croissance et sa propagation. Des chercheurs ont rapporté que la curcumine inhibe la formation d’enzymes cancérigènes et fait barrage aux actions métastasiques.

Récemment, la curcumine est étudiée avec beaucoup plus d’attention que toute autre herbe. Les chercheurs étudient la curcumine pour mettre en avant ses agents anti-inflammatoires et offre la promesse d’un action sur la prévention ou le traitement du cancer. Un certain nombre d’études sur la curcumine ont montré des résultats prometteurs. La curcumine peut tuer les cellules cancéreuses dans des plats de laboratoire et également ralentir la croissance des cellules survivantes. La curcumine a prouvé réduire le développement de plusieurs formes de cancer chez les animaux de laboratoire et à réduire les tumeurs des animaux de façon radicale.Les études humaines de la curcumine dans la prévention et le traitement du cancer sont dans les premiers stades (moins de 15 ans).

Une étude sur 15 patients atteints de cancer colorectal a été fait pour savoir le degré d’efficience de la curcumine ainsi qu’une prise massive en toute sécurité. Les patients ont été en mesure de prendre 3,6 grammes de curcumine sans noter d’effets néfastes. A cette dose élevée, une partie de la curcumine et autres curcuminoïdes ont été trouvés dans le sang. Des doses plus faibles peuvent suffire à affecter directement l’estomac et de l’intestin.

D’autres études ont montré que la plupart des gens dans des groupes d’étude ont pu prendre jusqu’à 10 grammes de curcumine par jour sur une période de quelques semaines sans remarquer d’effet secondaire. Par ailleurs les bienfaits de l’anti inflammatoire naturel deviennent indéniables et puissants.
Une étude de 2011 a permi de mesurer des composés qui aident à combattre le cancer chez des rats. Lors de coloscopies des animaux de nombreux foyers inflammatoires anormaux ont été constatés et provoqués (un signe avertissant très tôt que le cancer du côlon peut se développer), puis on leur a administré 2 à 4 grammes de curcumine par jour à 44 sujets. Après un mois de prise de curcumine, les chercheurs ont effectué les secondes coloscopies et biopsies pour voir si il y avait un changement. Une très importante concentration de substances pro-cancérigènes dans le côlon et le rectum avaient disparu.

D’autres essais cliniques sont en cours pour savoir quel rôle, le cas échéant, le curcuma et la curcumine peuvent jouer dans la prévention ou le traitement du cancer, suivez en l’actualité, les prochains mois révèleront de grandes avancées pour autant que les lobbies des grandes pharmacies ne freinent pas cette manne naturellement disponible.

La curcumine est à l’étude pour voir combien d’applications venant en aide pour d’autres maladies sont possibles. Une petite étude sur la curcumine et un autre antioxydant appelé quercétine a été fait chez les adultes qui ont eu des greffes de rein. Ceux qui ont pris la combinaison à des doses élevées avaient moins de rejets de greffes que ceux qui ont reçu des doses inférieures ou placebo. D’autres études sont nécessaires pour savoir si cela est constant. La curcumine peut également favoriser la vidange de la vésicule biliaire.

Des recherches préliminaires ont montré que la curcumine peut baisser le «mauvais» cholestérol, réduire l’inflammation, aider la colite ulcéreuse, et de réduire les symptômes de l’arthrite, même si les études humaines demandent encore à s’étoffer, les avancées sont prometteuses. Dans les études sur des souris (2011), la curcumine semble aider à bloquer les plaques et les protéines qui causent des problèmes dans le cerveau au cours de la maladie d’Alzheimer. Les études humaines ont déjà commencé à se pencher sur cette question avec de sérieux résultats de régression de la maladie.

Note: Cette information ne peut pas couvrir toutes les demandes possibles, des usages, des actions, précautions, effets secondaires ou interactions. Il n’est pas conçu comme un avis médical et ne doit pas être invoquée en tant que remplacer une consultation avec votre médecin, qui connaît votre situation médicale.