Le curcuma

LE CURCUMA

Le curcuma

La curcumine ou diféruloylméthane est le pigment principal du curcuma (Curcuma longa), aussi appelé safran des Indes. C’est un pigment polyphénolique (curcumoïde) qui donne une couleur jaune (c’est le colorant alimentaire E100).

La curcumine est un pigment soluble dans l’huile et l’éthanol. Elle est extrêmement stable à la chaleur et peut généralement être utilisée dans des produits présentant des degrés d’acidité divers. Elle est sensible à l’anhydride sulfureux à des niveaux supérieurs à 100 ppm et est peu stable lorsqu’elle est exposée à la lumière.

La curcumine est un puissant antioxydant plus actif que la vitamine E, un puissant antiseptique et antibactérien, ainsi qu’un puissant anti-inflammatoire car elle inhibe la cyclooxygénase ainsi que le facteur de transcription NF Kappa B impliqués dans les processus inflammatoires.

Tous les essais qui ont pu être réalisés sur l’homme avec de la curcumine ont montré que lorsqu’elle est utilisée seule, la curcumine est très rapidement éliminée par l’organisme.

La pipérine (présente dans le poivre noir) est capable d’inhiber les voies d’élimination de la curcumine, et ainsi de multiplier sa biodisponibilité par un facteur de 204.
Des extraits de curcuma hautement concentrés en curcumine sont parfois associés également à de la pipérine de poivre pour améliorer la biodisponibilité de la curcumine et sont proposés comme complément alimentaire pour contribuer à la protection cellulaire générale ou dans les situations physiologiques de gênes articulaires.

La pipérine de poivre est contre indiqué dans certains traitements d’ulcères d’où la nécessité dans ce cas de consulter un médecin avant d’entamer une cure de jouvence cellulaire!

Le jus de curcuma, obtenu à partir des rhizomes frais, conserve ses phytonutriments fixes (curcumine, turmérine… ) et volatiles (l’huile essentielle présente dans le jus de curcuma frais favoriserait la biodisponibilité des curcumines dans l’organisme ). Depuis des siècles, l’utilisation traditionnelle du curcuma frais en Asie du Sud-Est, lieu à l’origine de la découverte des bienfaits supposés du curcuma, n’a jamais fait l’objet de la consommation d’une seule molécule isolée (curcumine) mais du totum de rhizome.

La curcumine, la turmérine et l’huile essentielle, de par leurs propriétés, agissent en parfaite synergie et complémentarité.

 
fleur de curcuma

Une floraison magnifique de curcuma

Le curcuma (Curcuma longa) est une plante herbacée rhizomateuse vivace du genre Curcuma de la famille des Zingibéracées originaire du sud de l’Asie.

Parfois appelée « safran des Indes », son nom provient du sanskrit – kunkuma, arabe – kourkoum, hébreu – karkom. Il est largement cultivé en Inde mais aussi, à un moindre degré, en Chine, à Taïwan, au Japon, en Birmanie, en Indonésie et en Afrique.

Il est connu en Occident depuis l’Antiquité et décrit par Dioscoride dans ses « Materia Medica ».

La curcumine participe à des mécanismes de défense interne qui contribuent à protéger les supports de la mémoire du stress oxydatif. Le curcuma aide donc à préserver l’intellect.

Il y a plusieurs molécules de curcumines qui ont toutes une activité un peu différentes (antioxydantes, anti-inflammatoires) mais complémentaires (curcumine, demethoxycurcumine, bisdemethoxy curcumine, cyclo curcumine…), sans compter les métabolites de la curcumine (THC, HHC….) qui conservent une activité antioxydantes notamment, ce qui signifie que la curcumine ne craint pas l’exposition à l’oxygène car elle s’auto-protège de l’oxydation, ne perdant jamais ses propriétés bénéfiques!